Hier ven­dre­di 30 août, c’était la deuxième dis­sé­mi­na­tion men­suelle sur le thème des pays loin­tains. Merci aux par­ti­ci­pants, dont voi­ci les belles et riches contri­bu­tions qu’on pré­sente à chaque fois en quelques mots et extraits, façon vol d’étourneaux:

- chez Noëlle Rollet, sur Glossololalies (très beau blog): Richard Gonzalez, A part soi

Journal intime de voyage : on pour­rait défi­nir ain­si le site de Richard Gonzalez, où il marie textes et pho­tos, celles-ci tou­jours pre­mières, sans rendre inutiles les mots qui les accom­pagnent tour à tour de réa­lisme et de poé­sie. Les cou­leurs et contrastes des pays loin­tains y côtoient ceux de l’Isère, dont cer­tains cham­pi­gnons se révèlent offrir le même « exo­tisme » grâce à son objec­tif.

apartsoi

- chez Carol Shapiro, Fragments d’incertitude: les notes du dehors de Christophe Grossi

Parmi ceux qui chaque jour vont sous la ville, dif­fi­cile de savoir exac­te­ment com­bien marchent en cadence, sla­loment, avancent le nez dans leur plan, leur por­table, leur livre de poche, com­bien se foncent des­sus, se rentrent dedans, s’excusent (peu je crois), s’agacent (pas mal), s’insultent (un peu moins), ne se regar­de­ront jamais, com­bien parlent (en mal) de quelqu’un dont le tort prin­ci­pal est d’être absent, com­bien chantent sur le quai, aime­raient le faire, pré­fé­re­raient ne pas entendre…

disse2

- chez Lionel André, ma gra­ti­tude puisqu’il reprend un extrait du poème Du lieu à l’être de Marc Bonneval, mis en ligne pour la pre­mière fois sur Oeuvres ouvertes.

disse3

- chez Renaud Schaffhauser, très belle contri­bu­tion sur la «Grèce fan­tôme» par Panagiotis Grigoriou

La Molussie de Greek-Crisis, c’est bien évi­dem­ment la Grèce, elle-même issue d’un phé­no­mène épo­qual total, voire tota­li­taire: l’avènement de la méta-démo­cra­tie de type occi­den­tal. Ce blog prend pour objet la “situa­tion sur le ter­rain”, autre­ment-dit, des frag­ments carac­té­ris­tiques de nos der­nières muta­tions en date, frag­ments d’ailleurs dont le carac­tère demeure assez opaque et autant inquié­tant, d’autant plus, (qu’en para­phra­sant Anders), je dirais que l’a-synchronicité chaque jour crois­sante entre le fan­tôme de la vie de cha­cun d’entre nous et “l’encadrement” poli­tique (en réa­li­té tech­no­cra­tique), relève bel et bien du “déca­lage pro­mé­théen”. C’est ain­si que dans un monde humain deve­nu le fan­tôme de lui-même, le ter­ri­toire de la Grèce (et qui ne détient pas l’exclusivité hélas), incar­ne­rait en quelque sorte le… fan­tôme du fan­tôme.

et des réflexions de Renaud à par­tir de sa propre mise en ligne dans le cadre de la thé­ma­tique Pays loin­tains.

disse4

- chez Antoine Brea, un retour à Paris et pour s’en éloi­gner aus­si­tôt un extrait du Kojiki japo­nais tra­duit par Pierre Vinclair, fabu­leux

Ainsi, mal­gré la pénombre
& l’éloignement du grand com­men­ce­ment de tout
par­ve­nons-nous à conce­voir, en prê­tant foi
à l’enseignement authen­tique des pre­miers sages,
le temps de l’origine de la Terre & de la nais­sance de ses îles,
l’ère de la genèse des dieux & de l’institution de l’humanité.

disse5

- chez Serge Bonnery, autre tra­duc­tion, celle-là d’Ovide, les Métamorphoses, par Marie Cosnay

Mi-homme mi- bête Chiron était heu­reux de son élève
De race divine, il se réjouis­sait de la tâche et de l’honneur.
C’est alors qu’arrive, cou­verte aux épaules de che­veux ruti­lants,
La fille du Centaure, qu’autrefois la nymphe Chariclo,
Qui l’enfanta sur les rives du fleuve rapide, appe­la
Ocyrhoé. Elle ne s’était pas conten­tée d’apprendre
Les arts du père. Elle chan­tait les secrets des des­tins.
Elle reçoit dans l’esprit les fureurs pro­phé­tiques,
Et le dieu, qu’elle tenait fer­mé dans sa poi­trine, l’échauffe.

Lire éga­le­ment les réflexions de Serge sur le web lit­té­raire

disse6

- sur Oeuvres ouvertes, c’est un texte d’Eliot Weinberger, un auteur amé­ri­cain, que je repre­nais, où il est ques­tion de Nietzsche à Oaxaca et du coeur de l’univers sur le Zocalo.

disse7

On remer­cie évi­dem­ment les auteurs qui ont accep­té les reprises et on se donne ren­dez-vous le mois pro­chain pour la pro­chaine dis­sé­mi­na­tion col­lec­tive.